Accueil > ZOOM sur le Congé Individuel de Formation (CIF)
ZOOM sur le Congé Individuel de Formation (CIF)

ZOOM sur le Congé Individuel de Formation (CIF)

Le CIF a pour objet de permettre à tout salarié(e) (CDD, CDI) de suivre, à son initiative, des actions de formations afin d'accéder à un niveau de qualification supérieur, de changer d'activité ou de profession.



Le 22.11.2013 à 16:45 | Mise à jour le 22.11.2013 à 17:23
Imprimer

Né il y a trente ans, le CIF (congé individuel de formation) est un droit auquel tout salarié peut prétendre s’il a 24 mois d’expérience en tant que salarié, dont 12 mois dans son entreprise. Le CIF, c’est le droit de s’absenter de son poste de travail pour suivre une formation de son choix. Surtout utilisé pour des formations longues (1 200 heures maximum), le CIF est pris en charge par les Fongecif, grâce à une cotisation obligatoire des entreprises de dix salariés et plus.

 

Quels sont les avantages de ce dispositif ?

Le choix des actions de formations

Le congé individuel de formation permet au bénéficiaire de réaliser une formation dans la thématique de son choix, indépendamment des stages proposés par l’entreprise. Diplôme universitaire, formation de perfectionnement, cours de tai-chi, de cuisine ou de mécanique : dans les textes, tout cursus est envisageable.
Une demande de congé peut également être effectuée pour un bilan de compétences ou un accompagnement VAE. Le CIF, le congé bilan de compétences et le congé VAE peuvent se dérouler en tout ou partie sur le temps de travail, ou bien en totalité hors temps de travail. Si l’action de formation se déroule en dehors du temps de travail, l’approbation de l’employeur n’est pas obligatoire.
 

Le financement 

Le financement du congé individuel de formation est assuré par des organismes paritaires agréés par l’État. Il s’agit principalement des FONGECIF (Fonds de gestion du CIF, présents dans chaque région) ou des OPCA pour quelques secteurs professionnels. Le FONGECIF ou l’OPCA sont susceptibles de prendre en charge, dans l’ordre de priorité : la rémunération, le coût de la formation, les frais de transport, les frais d’hébergement.

L’un des avantages du CIF réside dans la possibilité de garder son emploi ou un poste équivalent, à l’issue de la formation.  


Quels sont les résultats de ce dispositif ?


L'Observatoire des transitions professionnelles a analysé les parcours de plus de 4 000 salariés, un an après une formation effectuée dans le cadre du CIF. (Enquête publiée le 17 Octobre)

-   Des transitions souvent réussies

Sur les 4 137 parcours analysés, près de 6 salariés sur 10 ont obtenu leur examen et se trouvent en activité dans le domaine qu'ils recherchaient. Par ailleurs, pour les salariés qui souhaitaient travailler dans un nouveau domaine d’activité, 51% des réorientations sont réussies. Changer de domaine peut impliquer des évolutions ponctuellement défavorables, plus ou moins choisies ou anticipées par le salarié : CSP moins élevée, passage par un contrat plus précaire, difficultés d’insertion dans le domaine exacte de la formation…
Néanmoins, les échecs sont rares : 94% ont réussi leur examen de fin de formation et 91,5% étaient en activité professionnelle un an après leur CIF.
 

-   Un ascenseur social

Le CIF permet de sécuriser les parcours professionnels des salariés en CDD: à l'issue d'un CIF, la moitié des salariés en CDD ont accès à un travail stable, soit à travers une embauche en CDI (38%), soit par une création d'entreprise (12%).
Pour les salariés non qualifiés, le CIF permet à 97% d’entre eux d’obtenir un premier diplôme.
Un an après la fin du CIF, 30% des salariés ont connu une progression de catégorie socioprofessionnelle (CSP).

Tous les articles sur le CIF

VOTRE RECHERCHE :


2: Domaine recherché ?

3 : Où ?



FORMATIONS cpf