Accueil > Cahier des charges CEP : l´offre de service pour le bénéficiaire
Cahier des charges CEP : l’offre de service pour le bénéficiaire

Cahier des charges CEP : l’offre de service pour le bénéficiaire

L’instauration du Conseil en évolution professionnelle (CEP) est une des mesures phare de la réforme de la formation professionnelle. Il permet à toute personne active de bénéficier d'un accompagnement dans le cadre d'un projet d'évolution professionnelle. La publication au Journal Officiel de l'arrêté qui fixe le cahier des charges du CEP vient préciser ses modalités de mise en place. Quels sont ses objectifs ? Quels sont les services proposés pour le bénéficiaire ?



Le 05.08.2014 à 18:00 | Mise à jour le 17.12.2014 à 09:45
Imprimer

 

1. Les objectifs

Le Conseil en évolution professionnelle (CEP) a pour ambition de favoriser l’évolution et la sécurisation du parcours professionnel des actifs. Il se traduit par la mise en place d’un processus permettant au bénéficiaire de faire le point sur sa situation professionnelle et si nécessaire formaliser un projet d’évolution professionnelle.

 

Pour les salariés, le CEP peut s’articuler avec les entretiens professionnels avec l’employeur dans le but de mieux identifier leurs compétences et connaissances.

L’offre de service du CEP est gratuite et délivrée à l’initiative de la personne et permet :
  • De bénéficier d’un temps d’écoute sur son parcours professionnel et ainsi prendre du recul ;
  • D’accéder à un suivi et une information individualisés ;
  • De mettre en place une stratégie d’évolution pour construire ou préciser son projet professionnel et en vérifier la faisabilité ;
  • De cerner les compétences et connaissances pour servir le projet professionnel ;
  • De mettre en place un plan d’actions pour identifier les interlocuteurs, les leviers et les financements disponibles pour voir aboutir son projet.

2. Les publics bénéficiaires

Le Conseil en évolution professionnelle est accessible à toute personne quels que soient son âge, son secteur d’activité, son statut et sa qualification. Sont donc concernés les demandeurs d’emploi, indemnisés ou non ainsi que les salariés du secteur privé, à temps complet ou partiel.

Le CEP est également ouvert aux travailleurs indépendants, artisans, professions libérales, ou auto entrepreneurs, et aux salariés du secteur public, fonctionnaires titulaires, contractuels ou vacataires.

Le CEP ne concerne ni les étudiants ni les retraités, sauf s’ils occupent un emploi.

3. Les 3 niveaux services

L’offre de services du Conseil en évolution professionnelle s’organise en trois niveaux : un accueil individualisé, un conseil personnalisé et un accompagnement pour la mise en œuvre du projet professionnel. Ces 3 niveaux peuvent être mis en œuvre indépendamment les uns des autres. 

3.1. Un accueil individualisé

L’accueil individualisé permet de recueillir et analyser la demande du bénéficiaire dans le but d’identifier la structure la mieux adaptée à ses besoins. Ce premier niveau de services du CEP est l’occasion d’informer le bénéficiaire sur « les tendances socio-économiques, l’emploi, les métiers, les compétences, les qualifications et les formations, prenant en compte l’émergence des nouvelles filières et de nouveaux métiers dans le domaine de la transition écologique et énergétique».

Cette initiative permet d’aiguiller le bénéficiaire vers les emplois et qualifications répondant aux besoins économiques sur le territoire.

Le rôle du conseiller dans ce premier niveau d’accueil individualisé est d’aider le bénéficiaire à analyser sa situation professionnelle et de décider ou non s’il souhaite poursuivre sa démarche. Le cas échéant, le conseiller l’aide à identifier les acteurs susceptibles de l’aider.

3.2. Un conseil personnalisé

Le conseil personnalisé, deuxième niveau de l’offre de services dans le cadre du CEP, est assuré par les opérateurs CEP. Le bénéficiaire est dès lors pris en charge par un conseiller qui le suit tout au long du processus de conseil et d’accompagnement de son projet d’évolution professionnelle, c’est-à-dire, jusqu’au 3ième niveau.

Ce deuxième niveau doit permettre au bénéficiaire : 
  • De clarifier sa demande et préciser son projet d’évolution professionnelle ;
  • D’identifier ses compétences, celles transférables dans le cas d’une mobilité, et celles à acquérir dans le cas d’une évolution professionnelle ;
  • D’identifier les emplois correspondant aux compétences dont il dispose ou qu’il serait susceptible d’occuper en complétant ses compétences ;
  • De bénéficier d’une méthodologie de construction du projet professionnel en fonction de ses aspirations ;
  • De définir son projet professionnel et évaluer sa faisabilité.
Lors de la définition d’une stratégie pour la mise en œuvre du projet professionnel, le conseiller étudie avec le bénéficiaire, « l’opportunité et la pertinence d’un parcours de formation et/ou de VAE » et du recours à une ou plusieurs prestations complémentaires, telles que le Bilan de compétences, au service de la réalisation de son projet.

3.3. Un accompagnement pour la mise en œuvre du projet professionnel

Le troisième et dernier niveau consiste à concrétiser le projet d’évolution professionnelle de la personne qui aura en amont été formalisé. Le conseiller ayant pris en charge le bénéficiaire lors du niveau 2 est celui qui assure cet accompagnement personnalisé.

Cet accompagnement a pour objectif la définition d’un plan d’actions pour la mise en œuvre du projet d’évolution professionnelle. Ce plan d’actions comprend :
  • Les actions à mener pour chacune des étapes de la réalisation du projet ;
  • Le parcours de formation envisagé si besoin ;
  • Les dispositifs et prestations à mobiliser ;
  • Le plan de financement. 
Dans le cas où « le plan d’actions prévoit une ou plusieurs actions impliquant un financement dédié (ex. : une formation, un accompagnement à la VAE ou une prestation complémentaire) », le conseiller doit examiner  la faisabilité financière et rechercher les financements adaptés au projet et à la situation du bénéficiaire. 

Pour ce faire, le conseiller doit :
  • Identifier les financeurs potentiels, y compris dans le cas d’un projet de formation mobilisant le Compte personnel de formation (CPF) ;
  • Vérifier les critères d’éligibilité et les conditions de recevabilité financières ;
  • Prendre contact avec les financeurs afin d’assurer la totalité du financement ou diminuer le reste à charge pour le bénéficiaire du coût de l’action projetée. 

 

Pour en savoir plus sur le CEP, consultez Cahier des charges CEP : Le rôle des régions et des opérateurs

Tous les articles sur le CPF (Compte Personnel de Formation)

Où faire votre formation CPF ?

VOTRE RECHERCHE :


2: Domaine recherché ?

3 : Où ?



FORMATIONS cpf